print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l année 2018-2019 > Rôle du récepteur GPR120 dans la perception des acides gras par les cellules (...)

Rôle du récepteur GPR120 dans la perception des acides gras par les cellules gonadotropes hypophysaires

proposé par Ghislaine GARREL, Unité BFA UMR CNRS 8251, Université Paris Diderot, Bâtiment Buffon, 4, rue MA Lagroua Weill-Hallé 75205 Paris cedex 13

Projet de stage : Des données récentes mettent en évidence que la suralimentation et l’obésité perturbent les capacités reproductives en affectant le complexe hypothalamo-hypophysaire. Un effet direct des acides gras (AG) insaturés sur la fonction gonadrotrope hypophysaire a récemment été mis en évidence par le laboratoire. Les mécanismes mis en jeu ne sont que partiellement connus. Le récepteur membranaire GPR120, récemment identifié, présente une forte affinité pour les AG insaturés et joue un rôle clé dans le métabolisme énergétique. Il est le seul récepteur des acides gras exprimé dans les cellules gonadotropes. L’objectif du stage est d’étudier le rôle du récepteur GPR120 dans la fonction gonadotrope hypophysaire par des approches in vivo sur les souris Gpr120 -/- et in vitro sur une lignée gonadotrope. L’analyse se fera sur des souris mâles contrôles (Gpr120 +/+) et invalidées pour GPR120 (Gpr120 -/-) de la même portée. Les concentrations sériques des hormones gonadotropes LH et FSH (dosage ELISA) et l’expression hypophysaire des gènes des sous-unités alpha et béta de ces hormones (PCR en temps réel) seront mesurées. Par ailleurs, on soumettra les souris Gpr120 +/+ et Gpr120 -/- à une perfusion intracarotidienne de lipide à un faible débit afin d’étudier les effets d’une surcharge cérébrale en acides gras sur l’activité gonadotrope (collaboration avec l’équipe de C Magnan, unité BFA). L’effet de l’activation sélective de GPR120 par des agonistes notamment un agoniste sélectif, le GSK137647, sera évalué sur l’activité gonadotrope. Les effets de l’inactivation pharmacologique du GPR120 ou de l’extinction de son expression seront également mesurés sur la réponse des cellules gonadotropes LT2 aux stimulations par les AG insaturés. La régulation de l’expression du gène Gpr120 sera en parallèle analysée.

Ce travail nous permettra d’identifier le rôle de GPR120 dans le « lipid sensing » gonadotrope et de mieux comprendre l’impact de la suralimentation sur les capacités reproductives.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Culture cellulaire (lignée gonadotrope LT2), prélèvement d’organes sur l’animal. Western blot, RT-PCR en temps réel, Elisa (dosage des gonadotropines LH et FSH).

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --