print

> Stages de M1 > 1Stages proposés pour l’année 2018-2019 > Rôle des marques d’histones répressives dans l’évolution de la pluripotence chez (...)

Rôle des marques d’histones répressives dans l’évolution de la pluripotence chez la souris

proposé par Alice JOUNEAU, : UMR Biologie du Développement et Reproduction, équipe EPEE, bat 230, INRA 78350 Jouy-en-Josas :

Projet de stage : situation du sujet, objectif du stage, approches expérimentales La pluripotence est la capacité à générer tous les types cellulaires de l’organisme. C’est un phénomène transitoire et évolutif pendant le développement embryonnaire. Chez la souris, on peut dériver in vitro des cellules capables d’auto-renouvellement et qui correspondent soit au tout début de l’état de pluripotence (cellules ES), soit à la fin (cellules EpiSC), c’est-à-dire quand l’embryon commence à gastruler et former les trois lignages primordiaux. Ces cellules sont un modèle pertinent pour étudier comment évolue la pluripotence, car on peut convertir des ES en EpiSC en faisant varier les conditions de culture. En revanche, le retour en arrière (EpiSC vers ES) est quasi impossible, en raison d’une barrière épigénétique qui s’établit entre le début et la fin de la pluripotence. Des résultats préliminaires montrent que la modification d’histone répressive H3K9me3 jouerait un rôle dans l’établissement de cette barrière. L’objectif du stage est de démontrer cette hypothèse. A l’aide de mutants qui ne possède plus cette marque, nous testerons comment la barrière épigénétique peut être franchi et quelles sont les conséquences sur les propriétés des cellules pluripotentes.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --