print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2020-2021 > Impact du retard de croissance intra-utérin sur la prolifération et la (...)

Impact du retard de croissance intra-utérin sur la prolifération et la migration des progéniteurs neuraux chez le rat

proposé par Olivier Baud,Inserm U1141 Hôpital Robert Debré 48 Bd Sérurier 75019 Paris

Projet de stage : (une vingtaine de lignes maximum) Position du problème : Chez l’Homme, le retard de croissance intra-utérin (RCIU) est l’une des premières causes de handicap neurosensoriel d’origine périnatale puisqu’il est associé à un risque accru de handicap neurocognitif comme le retard mental, les troubles du spectre autistique ou le retard des acquisitions. Des études d’imagerie cérébrale récentes ont montré une diminution du volume de la substance grise associée à des retards majeurs du développement cortical avec en particulier des anomalies de la gyration. Au sein de notre laboratoire, les résultats d’une étude préliminaire dans un modèle de RCIU par restriction protidique chez le raton vont dans le sens d’une anomalie ou d’un retard de la prolifération et/ou de la migration cellulaire. But de travail : Le but de ce travail est de poursuivre les travaux déjà commencés afin de déterminer les types cellulaires atteints par le RCIU ainsi que de déterminer s’il existe une modification de la durée du cycle cellulaire pouvant expliquer des anomalies de prolifération. Résultats préliminaires et impact : Une étude préliminaire a conclu à une absence de différence concernant le nombre de cellules en division au temps embryonnaire entre les deux groupes. En revanche, les cellules ayant incorporé l’EdU étaient moins nombreuses dans le cortex à P0 et plus nombreuses dans la substance blanche à P0 et P11. Nous allons poursuivre cette étude afin de réaliser des immunomarquages complémentaires pour déterminer les types cellulaires atteints. Nous utiliserons les anticorps anti Sox 2 (ensemble des progéniteurs neuronaux), Tbr2 (progéniteurs intermédiaires), Pax6 (glie radiaire), reelin (couche corticale I), Cux 1 (couches corticales II et III), Fox P2 (couche corticale IV), Tbr1 (couche corticale VI), PS100 beta (astrocytes), GABA (interneurones). De plus, grâce à la double injection de BrdU et EdU en anténatal, nous allons pouvoir calculer la durée du cycle cellulaire des progéniteurs neuronaux afin de rechercher une anomalie de la prolifération de ces progéniteurs. La compréhension des mécanismes conduisant à ces différences permettrait de mieux comprendre la physiopathologie des conséquences neurologiques du RCIU observées chez l’homme et de déterminer ainsi d’éventuelles cibles thérapeutiques. Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Histologie Immunohistochimie Biologie moléculaire (qPCR, microarray)

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --