print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l année 2018-2019 > Analyse de l’action conjointe des hormones gonadotropes en temps (...)

Analyse de l’action conjointe des hormones gonadotropes en temps réel

proposé par Manuela SIMONI , Physiologie de la Reproduction et des Comportements (PRC), UMR 7247 INRA- CNRS- Univ. Tours 37380 Nouzilly

Projet de stage : Dans le follicule en croissance aux stades pré-antral, antral et terminal, l’action de la FSH, en stimulant la prolifération des cellules de granulosa, prédomine sur celle de la LH, jusqu’à ce que l’expression du RLH, stimulé par la FSH, atteigne un certain niveau. Dès lors, l’expression du RFSH s’effondre et le follicule poursuit sa croissance jusqu’à l’ovulation. Dans ce contexte, le projet de M2 s’attellera aux questions suivantes : - est-il possible de récapituler ce processus de différentiation en contrôlant à la fois sur le plan temporel et quantitatif l’expression de chacun des deux récepteurs RLH et RFSH ? quels sont les mécanismes de signalisation impliqués ? - l’action du RLH peut-elle se substituer à celle du RFSH pour promouvoir la croissance folliculaire, et réciproquement ? Pour répondre à ces questions, l’étudiant devra mettre en œuvre un dispositif qui permettra de discriminer les fonctions des récepteurs qui nécessitent leur co-expression dans la même cellule de celles pour lesquelles ils agissent à distance. L’obtention de données quantitatives permettra l’élaboration de modèles mathématiques dynamiques par les modélisateurs de notre équipe. L’étudiant sera associé à la formalisation des différentes hypothèses mécanistiques Techniques mises en œuvre par le stagiaire : L’expression des RFSH et RLH sera contrôlée quantitativement et sur le plan temporel, selon deux schémas expérimentaux : i/ le premier consiste à établir deux lignées de cellules de granulosa (KGN) co-exprimant indépendamment le récepteur RLH et/ou le RFSH de façon inductible, ce qui permettra d’analyser les relations réciproques entre RLH et RFSH ii/ des cellules KGN exprimant l’un ou l’autre de ces récepteurs seront co-cultivées, pour mimer une interaction thèque/ granulosa. La signalisation cellulaire sera analysée en temps réel à l’aide d’approches de BRET (recrutement des β-arrestines, d’IRS1, aux récepteurs) et de FRET (AMPc, IP3, Ca2+). La production de stéroïdes (progestérone, oestradiol) sera quantifiée par HTRF. Tous les équipements et modèles cellulaires nécessaires à ce projet sont en place dans notre équipe.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --